Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins d'Aquitaine
Accueil du Blog
Pêche Aquitaine
Contact

vendredi 19 décembre 2008

Les pêcheurs de palourde du Bassin d'Arcachon prennent les choses en main!

Le gisement de palourdes japonaises du Bassin d'Arcachon est aujourd'hui le premier gisement français en termes de superficie et de biomasse. Il est exploité par 140 pêcheurs professionnels et attire également un grand nombre de pêcheurs récréatifs.
Pour les professionnels, l'accès à la ressource est déjà régi par un contingent de licences dont les conditions d'attribution sont fixées par le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins d'Aquitaine. Il existe également des zones mises en réserve chaque année. Afin de suivre l'état de la ressource, et pour adapter les modalités de gestion de cette pêche, une évaluation du stock est effectuée tous les deux ans par l'Ifremer, à la demande du Comité Local des Pêches Maritimes et des Elevages Marins d’Arcachon.

Les résultats de l'évaluation « 2008 » montrent que le gisement tend à se fragiliser : la biomasse de palourdes de taille supérieure à 35 mm, qui est la phase exploitée, est en régression de 32 %. Les conditions nécessaires à l'établissement d'un équilibre durable entre l'activité de pêche et les capacités de renouvellement du stock ne sont aujourd'hui pas réunies.

Par ailleurs, les pêcheurs disposent des résultats d'une thèse sur la croissance de la palourde japonaise dans le Bassin, réalisée par le laboratoire EPOC de Bordeaux.

Face à ces résultats, et après avoir demandé l'avis de l'Ifremer sur les mesures de gestion à mettre en œuvre, les professionnels de la pêche à la palourde se sont réunis afin de trouver une solution pour la durabilité du gisement.
En tenant compte des recommandations scientifiques apportées, voici les principales mesures de gestion que les structures professionnelles vont mettre en œuvre :
  • Diminution du contingent de licences :
    Pour une licence entrante, il faudra deux licences sortantes.

  • Diminution du nombre de jours de pêche :
    La pêche sera fermée un jour par semaine.

  • Modification des zones de réserve :
    Il a été décidé de créer deux réserves qui restent les mêmes durant au moins 3 ans. Leur position a été choisie pour favoriser la dispersion du naissain sur l'ensemble du gisement.

Ces nouvelles mesures devraient permettre au gisement de palourde de se rétablir dans les années qui viennent. Elles seront revues en fonction des résultats de la prochaine évaluation de stock, en 2010.

mardi 16 décembre 2008

Bilan des journées régionales « Fiers d'être aquitains »


Les 12 et 13 décembre derniers, le CRPMEM a accompagné des professionnels de St Jean de Luz, de Capbreton, d'Arcachon et de l'estuaire de la Gironde dans une opération de promotion organisée par la Région Aquitaine.

Ces deux jours regroupaient diverses animations dont la découverte des produits régionaux au travers du Comptoir des saveurs. Cet espace dégustation accueillait les filières professionnelles devant l'Hôtel de Région pour faire la promotion de leurs produits.

Le stand pêche, afin de représenter la diversité de sa filière, se devait d’être multi-acteurs. Le samedi matin, les visiteurs ont pu apprécier la lamproie à la bordelaise de l’Estuaire ou la soupe de poissons de roche des Capbretonnais, tandis que l’après-midi, ils découvraient les terrines variées et les sardines à l’huile de St Jean de Luz. Le dimanche, place aux Arcachonnais et aux casserons à l’encre, à l’anguille fumée ou au foie de lotte.

Cependant, à travers ce type de manifestations et au-delà de l’objectif premier de promotion des produits de la mer, la filière pêche aquitaine entend se faire reconnaître comme un acteur principal du littoral, non seulement sur le plan économique, mais également social et environnemental.

Cette opération fut une belle première, avec environ 6 000 personnes en visite sur les deux jours. Le vendredi fut bien rempli, avec un temps clément et une forte fréquentation des salariés des institutions et entreprises alentours, alors que les courageux du samedi, sous la pluie, furent un peu moins chanceux. Cependant, pour tous, ceci reste une très belle expérience, riche en échanges et en découvertes. Un bon moyen de rapprocher les professionnels entre eux pour créer cet esprit « aquitain ».

Etat des lieux économique

Au-delà de sa contribution à l'emploi, le secteur de la pêche est une activité structurante en matière d'aménagement des 300 kilomètres de côtes, bassin et estuaires qui composent le littoral aquitain. Les activités de pêche et d'élevages marins jouent un rôle primordial sur ce territoire sensible que ce soit dans la vie économique, sociale et culturelle ou dans sa mise en valeur et sa préservation.

La région Aquitaine compte trois quartiers maritimes: Bordeaux, Arcachon et Bayonne. De cette segmentation géographique ressort une diversité dans les métiers et les types de pêche pratiqués.

Au 5/11/2008, la flotte régionale se compose de 348 navires. En nombre d’unités de pêche, elle subit un net recul dû à la situation de crise que traverse le secteur et aux sorties de flotte instaurées dans le cadre du Plan « Barnier » (25 unités en 2008). En effet, la flotte comptait 371 navires au 1/01/2008, et malgré quelques entrées en flotte, on observe une perte nette de 23 unités.
Par quartier, les situations sont diverses : 119 navires sont immatriculés sur Arcachon, (+ 6 unités par rapport au 01/01/2008), 175 sur Bayonne (-15 unités) et 54 sur Bordeaux (- 14 unités).

L’Aquitaine est toujours caractérisée par la diversité des métiers pratiqués même si certaines évolutions sont en cours. La flotte se compose de 7 bolincheurs, 36 chalutiers (-7), 104 estuariens (-25), 89 fileyeurs (-2), 18 ligneurs (-1), 90 polyvalents intrabassin (+12) et 4 thoniers canneurs délocalisés sur Dakar. Les tendances principales sont la diminution du nombre de chalutiers et de couralins (ciblent du Plan de Sortie de Flotte) et toujours l’augmentation des navires de pêche polyvalents du Bassin d’Arcachon. Ce second point semble être le résultat de la réforme du statut des navires en Conchyliculture Petite Pêche (CPP) qui doit faire progressivement passer ces navires en activité exclusive : Petite Pêche (PP) ou Culture Marine (CM). En effet, nous sommes passés de 227 unités CPP en 2007 à 160 au 5/11/2008.

La puissance totale de la flotte de pêche (hors CPP) est de près de 59 000 KW pour une jauge de près de 15 350 UMS et une taille moyenne de 11,95 mètres. Peu de variations sont observées sur ces indicateurs dans la mesure où de petites unités ont été compensées par l’arrivée de quelques grosses unités de pêche sur le quartier maritime de Bayonne.

Lorsque l’on s’intéresse à la pyramide des âges des armateurs, il est évident également qu’il y a un besoin urgent de faire accéder des jeunes dans la profession sur les pêcheries qui restent favorables.

La pérennité du secteur productif ne pourra se faire sans une filière de mise en marché forte et efficace avec là aussi des adaptations à prévoir.
Toute une partie de la production est vendue sous les deux criées d’Aquitaine. Le cumul des résultats des deux criées régionales marque en 2007 une progression en valeur de 7 % malgré la diminution de 9 %, des tonnages commercialisés. Ainsi, 8 382 tonnes ont été mises en ventes en 2007 pour une valeur de près de 30,3 millions d’€.
Ces produits sont pris en charge par une filière aval forte de plus de 80 entreprises de mareyage, grossistes et poissonniers, qui vont également devoir s’adapter aux évolutions en cours de la production. La baisse des volumes due à la perte d’unités de production pourrait être compensée par une meilleure valorisation des produits (transformation par exemple).
Le reste de la production est vendu directement par les pêcheurs. C’est le cas notamment de la petite pêche d’estuaire, de Capbreton et intra-bassin (plus de 1 600 tonnes déclarées en 2007 pour le Bassin d’Arcachon/ IFREMER).

lundi 1 décembre 2008

La filière Pêche vous invite sur son stand les 12 et 13 décembre 2008, à Bordeaux.

Les 12 et 13 décembre prochains, le Conseil Régional d'Aquitaine organise l'opération « Fiers d'être Aquitains », deux journées portes ouvertes qui vous permettront de mieux appréhender votre région.

Rendez-vous le vendredi matin, sur le parvis du Conseil Régional d'Aquitaine pour l'ouverture des festivités. Tout au long de ces deux journées, diverses animations vous seront proposées, dont le Comptoir des saveurs ouvert au public du vendredi 10h au samedi 19h. Ce Comptoir des saveurs, animé par les producteurs eux-mêmes, vous fait découvrir et re-découvrir les produits régionaux : fois gras du Périgord, jambon de Bayonne, piment d’Espelette, fromage d’Ossau Iraty, huîtres du Bassin d’Arcachon, etc… et bien évident les poissons de la côte aquitaine !

Le CRPMEM coordonne l’organisation du stand mis à disposition de la filière Pêche et assurera son suivi pendant deux jours. Sa présence sera bien entendue renforcée par des professionnels pêcheurs, conjoints collaborateurs ou transformateurs. En nous rendant visite, vous pourrez approfondir vos connaissances de la pêche en Aquitaine et goûter quelques produits transformés : lamproie à la bordelaise, soupe de poissons, verrines de sardines, filets de thon séché, foie de lotte, rillettes, seiche cuisinée, anguille fumée…

Pour que cette journée soit remplie d’échanges, nous vous donnons tous rendez-vous les 12 et 13 décembre 2008, à Bordeaux, parvis du Conseil Régional d’Aquitaine. Le vendredi, vous pourrez rencontrer des professionnels de l’Estuaire de la Gironde et de la Côte Basque, tandis que le samedi vous serez accueillis par deux professionnels du Bassin d’Arcachon.
Un grand merci à eux pour leur mobilisation !


Programme complet sur fiersdetreaquitains.fr